Lutte pour l’égalité :

A l’occasion de cette journée d’exception GAEA PROMOTION célèbre cette fête en mettant en avant les perles Algériennes du combat féministe.
Au début des années quatre-vingt le code de la famille a suscité une vague de protestations publiques, le mythe de l’égalité acquise par les femmes à travers leurs participations à la lutte de libération nationale et garantie par la constitution tombe ; la moudjahida Zohra Bitat parle d’un mythe qui a été entretenu très longtemps.
Les maquisardes, ces femmes admirables, qui avaient eu le courage de transgresser tous les interdits pour participer à la guerre et dont Les récits ont bercé la jeunesse de toute une génération post- coloniale. Ces femmes se battaient pour la libération du pays mais aussi pour leur propre libération, elles représentaient la rupture avec leur propre société, elles étaient l’égal de l’homme.
Fadéla Mérabat avait déjà pousser un cri d’alarme avec la publication de son ouvrage Algérienne en 1965 animatrice d’une émission radiodiffusée elle bousculé la tradition millénaire dicta d’un système patriarcal. Caricaturée ignoblement elle fut interdite des universités, radio et des unes de journaux.
Aujourd’hui la lutte change de visage elle se transforme et prend des allures de combat économique ou la guerre de pouvoir entre femmes et hommes se joue au sein des entreprises une génération de femmes diplômées et surqualifiées dominent, limite un lobbying féminin se construit paisiblement sur un terrain qui fut dominé longtemps par des hommes ; une indépendance financière source
d’émancipation.
Cette journée internationale couronne le combat centenaire ; a toutes ces femmes actuelles GAEA Promotion vous souhaite une bonne fête.

Feriel El Mehdaoui.